L’ÉLÉGANCE BRUTALISTE D’ALEXANDER MCQUEEN

Une basket compensée de la marque londonienne associe beauté, brutalisme et quotidien

La série Nouvelles icônes révèle les histoires derrière des pièces exceptionnelles de la saison actuelle.

Les lignes austères du brutalisme dominent le paysage du design contemporain. Et dans notre quotidien, nos préférences stylistiques gravitent vers la présence de volumes massifs et imposants. On peut le voir dans nos voitures de plus en plus modulaires, aux carrosseries plus équarries que sculptées, ou dans des espaces comme la nouvelle aile de la Tate Modern, où l’on peut apprécier l’art en toute sécurité dans une carapace de maçonnerie aux allures de bunker.

Mais au-delà de ces voitures compactes et monolithes de béton, les baskets compensées pour hommes et pour femmes d’Alexander McQueen montrent à quel point le monumentalisme dépouillé cher aux brutalistes inspire le domaine de la chaussure. Résolument anti-romantique, il n’est pas étonnant que la marque sonde les profondeurs du pouvoir en quête d’élégance. Les baskets compensées sont bien connues des clientèles féminines, mais surprennent encore chez les hommes. Ce qui bien sûr les rend d’autant plus intéressantes. Ironiquement, si on se penche sur l’histoire des sous-cultures, cela fait des décennies que des hordes de jeunes voyous battent le pavé chaussés de creepers, de brodequins ou autres chaussures ultra-masculines définies par leurs selles lourdes.

La version d’Alexander McQueen est une chaussure faite pour les mosh pits, mais qui peut tout aussi bien sortir déjeuner. Elle associe des proportions exagérées au style épuré de marques populaires comme Common Projects et adidas Originals. Seules concessions à l’ornement: une ligne de perforations, des logos dorés sur la languette rembourrée et un empiècement noir au talon. La part belle est faite à la semelle, qui est superposée et élargie pour accentuer sa forme arrondie, et apporte hauteur et autorité à une simple silhouette tennis. Elle démontre l’aptitude de Sarah Burton à manier les codes de son prédécesseur en transformant une forme brute en objet d’une étrange poésie. Pour reprendre les propos de la créatrice, lors d’une conversation avec la journaliste Susannah Frankel au sujet du legs stylistique de McQueen: « Puissance et protection: quand on travaille ici, il faut toujours revenir vers Alexander. »

Source : ssense

Articles similaires

Créateurs de Contenus

Le Plus grand réseau de partage de vidéos, avec option d'achat. Incrivez-vous et uploadez vos vidéos afin de permettre à vos fans de profiter d'une nouvelle expérience d'achat.