La Doudoune Imperméable, son histoire

La doudoune (avec manches) s’inspire des sacs de couchage et literies en duvet des années 1930. En 1940, Eddie Bauer, détaillant d’équipements de sport à Seattle, est le premier à déposer le brevet. La pièce est courte et carrée, le tissu est un coton solide matelassé de duvet. Dans les années 1950, Holubar dans les Rocheuses américaines et Moncler dans les Alpes françaises fabriquent les premières pièces en nylon. Dès la fin des années 1950, les doudounes perdent leurs manches pour offrir une plus grande liberté de mouvements aux travailleurs de la montagne et aux alpinistes. Dans les années 1960, elles sont courantes aux Etats-Unis surtout, et leur popularité va crescendo jusqu’à connaître un pic dans les années 1980 avec l’essor du sportswear. Elles apparaissent dans bon nombre de films américains : Voyage au bout de l’enfer (1978), E.T. (1982), Les Goonies (1985). Comme le hoodie, la doudoune sans manches est à l’époque difficile à trouver en France, hormis chez Globe la mythique boutique parisienne. Il faudra attendre l’arrivée de marques comme Chevignon ou Chipie, qui transposent dans le contexte français une certaine vision du vestiaire américain. Une déferlante qui marquera toute une génération.

Matériau Nylon et duvet, principalement. Il arrive que certaines parties, les épaules notamment, soient recouvertes de cuir pour imperméabiliser. La plupart possèdent deux poches, et certaines sont réversibles.

Cote Rocky Mountain Featherbed et Crescent Down sont des références en la matière, respectivement faites dans les règles de l’art au Japon et aux Etats-Unis. En marque française, Chevignon garde une vraie légitimité.

Source : lesechos

Articles similaires

Créateurs de Contenus

Le Plus grand réseau de partage de vidéos, avec option d'achat. Incrivez-vous et uploadez vos vidéos afin de permettre à vos fans de profiter d'une nouvelle expérience d'achat.